samedi 28 mars 2015

LE DIEU APPORTE EN AFRIQUE PAR LES EUROPEENS ET LEURS COUSINS.

Le "Dieu" et son fils Jésus apportés en Afrique par les européens (Occidentaux, pour utiliser un terme englobant plus courant aujourd'hui) et le "Allah" et son prophète Mohamed apportés en Afrique par les Orientaux au bout du fusil et la bible pour les uns, au bout de l'épée, le sabre et le coran pour les autres, indépendamment de leur couleur qui les différencie clairement des africains en qui ils doivent bien avoir du mal à se reconnaître, étant au ciel, ont les bras trop courts pour intervenir dans les affaires sur terre. Sachant qu'ils ont des bras trop courts (pour ceux qui croient qu'ils sont réels), Dieu et son fils Jésus, Allah et son prophète Mohamed ont donné aux humains toute l'intelligence + la volonté pour trouver des voies et moyens pour résoudre les problèmes que leur séjour sur terre pose. Ainsi, si malgré toute cette viatique, des groupes de personnes refusent de l'utiliser face à des difficultés prévisibles de l'histoire, et se tournent encore vers Dieu et Allah et leurs fils en pleurant, en criant leurs lamentations, leurs impuissances, au lieu de les secourir, Dieu et Allah les désarment plutôt. Et ils ont triplement raison de les désarmer pour renforcer leurs ennemis. Car, ces groupes d'hommes ne méritent pas cette viatique. De surcroît, ils auraient ainsi désobéi (car selon les mots même de leurs adeptes ils punissent sévèrement les désobéissants) à ce Dieu et à cet Allah qui leur tout a donné pour qu'ils aillent lutter et vivre leurs aventures humaines selon leurs oeuvres.


Bougeons-nous au lieu de nous calfeutrer dans "Dieu le fera", "Prions", "Inch Allah", "Doux Jésus reviendra nous chercher pour nous emmener au paradis", "Allah, change le coeur de nos bourreaux", "Dieu est grand"....etc.

21 mars 2015
KPOGLI Komla

vendredi 27 mars 2015

POURQUOI NOUS AVONS DECLINE LA PROPOSITION DE L'UNION EUROPEENNE?


Le 02 juin 2010, par l'intermédiaire du site GUINNEACTU.COM, nous avons été approchés par l'Union Européenne. Il s'agit de sélectionner notre article intitulé «1960 2010 50 ans de souverainisme vaniteux dans une Afrique soumise» paru le «28 Avril 2010 » dans le «Guineeactu.com» et de le soumettre au Prix LORENZO NATALI 2010. Malgré les conseils voire des pressions de notre entourage immédiat et plus ou moins lointain, nous avons refusé de donner une suite favorable à la sollicitation de la Commission Européenne et de son Comité du Prix en question. 
Voici l'essentiel de la réponse que nous avons envoyée à la Commission Européenne via le site Guineeactu: 

" Bonjour Madame ....(X), Merci de m'avoir transmis le message de la Commission européenne. Mais, je ne participe pas à ce genre de choses. ça ne m'intéresse pas du tout car, je n'attends aucune reconnaissance de la part de ces institutions qui se donnent par, ce type d'actions, une bonne conscience sur l'Afrique... Mon souci en écrivant mes papiers c'est de contribuer à ouvrir les yeux à mon peuple, Le Peuple Noir, afin de l'aider à prendre conscience des réalités de ce monde et de faire la lutte qu'il faut afin de réponde à ses besoins avec ses propres moyens. Voilà mon souci. Si par le canal de votre site, je suis lu par mes compatriotes africains, cela me suffit largement. Je n'ai pas d'autres prix à solliciter ou je n'ai pas à courir derrière d'autres reconnaissances mis à part la lecture de mes écrits par ceux ou celles qui sont concernés.... Donc, je ne contacterai pas les organisateurs de ce prix derrière qui d'autres Africains ou Africaines bien aliénés et pensant que cette reconnaissance sera d'une certaine utilité pour l'Afrique n'hésiteront pas à courir..... Merci une fois encore et à bientôt." 

Komla KPOGLI, Secrétaire Général du MOLTRA

lundi 23 mars 2015

Nous aimons trop notre peuple...



Ne pas mentir au peuple auquel on appartient, tel est notre devoir. Ne pas flatter l'égo du peuple dont on est issu, tel doit être l'obligation que chacun de nous doit avoir dans la phase historique que nous traversons. Nous aimons trop notre peuple et nous nous préoccupons trop de son avenir pour lui laisser croire que, dans les circonstances actuelles, il fait déjà TOUT ce qu'il DOIT pour se redresser. Nous refusons de lui tresser, sous prétexte d'être bien vu, sous prétexte d'un optimisme que nous qualifierons de religieux, des couronnes qu'il ne mérite pas dans sa position actuelle dans le monde. Nous aimons trop notre peuple, après l'avoir étudié quasiment sous toutes les coutures, pour lui faire croire qu'il n'a jamais été aussi près de sa renaissance. Nous aimons trop notre peuple pour lui laisser croire, pour laisser croire à sa jeunesse que nos hésitations maladives, que nos poltronneries, que nos rugosités face à la douleur, que notre indifférence rusée enrobée dans la philosophie du Chacun pour soi, que notre désorganisation collective, que notre refus de nous rassembler autour d'un leadership fort soient là des preuves du courage, de la lutte pour sa renaissance.

KPOGLI Komla, 21 mars 2013

dimanche 22 mars 2015

LE SYNDROME DE STOCKHOLM AVANCE BIEN AU TOGO.


Le syndrome de Stockholm, c'est ce processus mental qui fait que sur la durée, progressivement les victimes finissent par admirer leurs bourreaux et à ne leur trouver que des qualités.

Sur la page Facebook de Gnassingbé 2, plus de 4591 J'aime, 456 commenter et 199 partager. La majorité dit: Mon prési, Prési, Dieu est avec vous, Victoire assurée, Soutien total, etc...etc...
C'est dire qu'une partie, une bonne partie de cette jeunesse sur qui repose l'avenir de tout peuple déchu pour espérer se redresser, ne sait pas ce qui fait la clé de voûte de l'histoire des peuples. Elle fuit la vérité et la justice par manque de courage. Par manque de courage, cette jeunesse flatte les princes qui les exécutent et qui réduisent ses facultés de création et de projection. Par manque de courage, elle loue les criminels et attribue aux vices toutes les vertus de la terre. La lâcheté est le prix que paient les courtisans aux faits véridiques qu'ils ne veulent pas voir en face.

Par courtisanerie, cette jeunesse se bouche l'avenir et celui de ses descendants. C'est un bien difficile métier que d'être courtisans. Car la carrière de courtisans consiste à inventer constamment des mensonges et à attribuer aux pires maux, aux pires injustices et aux crimes les plus inacceptables à toute conscience humaine basique, des qualificatifs les plus flatteurs. La carrière de courtisans c'est passer son temps à inventer le contraire des mots, des actes et des méfaits commis par le Prince pour les rendre acceptables,explicables, beaux, justes, humains et sages. Le courtisan, et le jeune courtisan qui débute dans ce vil métier est souvent le plus imaginatif, cherche et trouve toujours des attributs les plus grandioses aux simples d'esprit. Pour lui, le crime c'est la générosité, le pillage c'est le don le plus précieux du Ciel, les assassinats politiques ce sont des vertus que le Prince tient du Créateur, toutes les violences qu'exercent le Prince sur les populations pour conserver son trône relèvent d'un Don de Soi...Que ce métier doit donc être passionnant et très rémunérateur pour avoir tant de partisans!

18 mars 2015
KPOGLI Komla

BEAUCOUP D'AFRICAINS AIMENT LA BANQUE MONDIALE? C'EST INCROYABLE QUAND MÊME!

Si l'âne est resté l'animal à la fois le plus monté et le plus méprisé par son maître, c'est qu'il le mérite bien. Par le hasard d'un tour, nous venons de découvrir la page Facebook de la Banque Mondiale. Et que voyons-nous? Avec un grand étonnement nous "découvrons" que des milliers et des milliers d'africains AIMENT la Banque Mondiale, une des institutions du Consensus de Washington (les deux autres sont le FMI et l'OMC ancien GATT) qui ont imposé le capitalisme libéral aux territoires africains les plongeant ainsi littéralement dans la misère la plus sombre et dans les marécages des dettes odieuses et du pillage renommé "AIDE AU DEVELOPPEMENT BILATERALE OU MULTILATERALE" depuis les années 1950. Comme quoi, le poison peut être aimé avec gloutonnerie par beaucoup de personnes à condition d'orner joliment la bouteille qui le contient et surtout de savoir le vendre. Ainsi quand la Banque Mondiale affiche de façon mensongère qu'elle lutte contre la faim et les inégalités dans le monde, ceux qui ont faim et qui subissent les pires discriminations d'abord dans leurs propres pays où une minorité indigène alliée à la finance internationale s'accapare des biens collectifs, le croient et AIMENT. Même certaines personnes qui se disent "Conscients" des problèmes africains et qui "dénoncent" tous les jours ici même sur Facebook AIMENT. C'est dire! N'est-ce pas que plus le mensonge est gros mieux il passe? 

Nous resterons victimes de nos propres ignorances et des promoteurs impénitents des couteaux qui nous blessent et nous tuent.

KPOGLI Komla

LE TON DU DEBAT EST COURTOIS MAIS FERME FACE AU CAPITAINE AKOBI.

vendredi 20 mars 2015

SACRES OBSERVATEURS!

SACRES OBSERVATEURS! QUI A DIT QUE C'EST UNIQUEMENT LES DICTATEURS ET LEURS COURS QUI "MANGENT" LES COMEDIES ELECTORALES?

Les affaires sont les affaires! Certaines personnes et certains groupes d'africains qui prétendent lutter pour notre survie collective ne perdent jamais de vue ce que nos ancêtres disaient: "Ce n'est pas parce que les yeux pleurent qu'ils ne doivent plus voir". 
Eh oui!!! Tout en criant sur tous les toits que les élections au Togo (et ailleurs en Afrique) relèvent de la gageure, ces prédicateurs-commerçants ne perdent pas de vue tout de même pas que les tragi-comédies électorales cycliques en terre africaine sont des occasions où les plus rusés peuvent se faire de petites fortunes. Ce sont des occasions à ne pas rater. 

Comment? Le business associatif étant un des seuls secteurs industriels en marche dans une Afrique paralysée que ses populations, à commencer par sa jeunesse, peinent voire refusent de relever au point de se contenter triomphalement que de colmatages et de rafistolages manifestement en deçà des défis, génère de bons chiffres d'affaires pour qui sait saisir les opportunités du cinéma électoral en Afrique. C'est que durant ces périodes dites électorales, plusieurs multinationales et institutions pilleuses depuis des siècles de l'Afrique et qui ont intérêt à ce que les africains se satisfassent de la démocratie à l'occidentale surtout dans ses manifestations formelles les plus théâtrales, allouent des fonds au monde du business associatif africain par le truchement des fondations et autres ONG de "promotion de la démocratie et des droits de l'homme". Ainsi, des groupes en Afrique "montent des projets" et perçoivent quelques dizaines ou centaines de milliers d'Euro ou de Dollars US pour, soit la "formation civique en période électorale", soit l'observation des élections, soit parfois même pour "renforcer les capacités d'opération de la Société civile", selon le vocabulaire même de ces entrepreneurs associatifs. Ces sommes en euro ou en dollars, convertis en francs des Colonies Françaises en Afrique (Franc CFA) donnent une jolie petite fortune à ceux qui en bénéficient. Bien évidemment, la part du chef étant primordial, les "premiers responsables" de ces associations, prennent leur part avant de distribuer le reste à leurs collaborateurs qui vont "observer", un petit manuel de l'Observateur électoral, pâle copie des textes de l'Union européenne et autres en main, un petit gilet, s'il le faut, en sus de la chemise, les inénarrables élections aux côtés des "Super-Observateurs" envoyés souvent par l'Union Européenne, le Département d'Etat américain, le Quai d'Orsay, l'Union Africaine, l'ONU, les Hyper-ONG (NDI: National Democratic Institut, NED: National Endowment for Democrary, la Francophonie, Fondation Konrad Adenauer, Fondation Olof Palme, Open Society de George Soros et ses ailes marchantes tel que OSIWA...). Même si ces Observateurs savent qu'ils n'observent et n'observeront rien, car sachant pertinemment qu'il n'y a pas Election dans des colonies régentées par des tyrans entourés des élites indigènes fabriquées de toutes pièces dont l'existence même est la négation du Peuple et de ses volontés, il n'empêche que c'est du bon business. On mange un peu quoi!!! N'est-ce pas qu'on peut manger la démocratie à l'occidentale qui va voir les "élections se dérouler dans de bonnes conditions malgré quelques cas de fraudes et d'incidents qui n'entament pas la sincérité du scrutin"? On mange aussi "les recommandations contenues dans les rapports des missions d'observation électorale" en Afrique que personne ne lit, ni ne lira sauf les hommes d'affaires associatifs pour pouvoir écrire leurs prochains rapports de mission d'observation électorale lors de la prochaine comédie électorale.

Comme quoi la démocratie à l'occidentale n'a vraiment pas de prix. C'est pourquoi elle ne va jamais manquer de clients en terre africaine. On lutte tous, mais certains luttent encore plus! Sacrés observateurs des tragi-comédies électorales!

KPOGLI Komla

mercredi 18 mars 2015

Le tyran africain, ce grand bâtisseur qui prépare ses parodies d'élections.


Seuls les aveugles volontaires et ceux qui dorment éveillés ne peuvent pas comprendre qu'à chaque fois que le tyran africain prépare sa parodie d'élection, il inaugure les travaux de construction des bâtiments scolaires, il pose un peu partout des premières pierres des dispensaires, il donne le premier coup de pioche pour des boulevards, pour des routes et des chemins de fers...Le tyran obscur d'Afrique est une espèce rare qui se rend compte de la nécessité de construire des infrastructures qu'aux moments où il prépare sa "réélection" mythique après qu'il ait fini de mettre en place sa machine à fraude et les appareils juridico-policiers de sa validation. 

En se lançant ainsi chaque matin dans cette entreprise de la pose de premières pierres à tout-va, le tyran obscur croit tromper les gens qui savent parfaitement qu'il s'agit là d'un coup de bluff, d'une communication de pacotille qu'il fera autant de fois qu'il s'engagera dans ses "réélections". Car, notre homme, qui n'a que faire de savoir que les populations qu'il méprise et qui le méprisent à leur tour car s'étant imposé à elles dans la ruse et la violence, mettent 2 heures pour aller d'un village à une ville séparés seulement de quelques kilomètres, meurent pour un rien par défaut d'infrastructures de soins élémentaires, traînent dans leurs villages et villes des maladies les plus honteuses car n'ayant accès ni à l'eau potable, ni aux infrastructures de soins primaires...., se découvre toujours en pareils moments, tous les 5 ans volés aux peuples, ce nouveau sport qui consiste à courir le pays en Grand Bâtisseur. Bâtisseur de Rien!

KPOGLI Komla

samedi 14 mars 2015

Ne serait-il pas enfin temps pour les gens du Togo ?

La description qui accompagne la vidéo qui suit est un bref aperçu de la réalité du territoire du Togo.

Pendant que la CENI, par la voix de Mme Kissem Tchangaï Walla, proclamait le triomphe de Gnassingbé 2, les masses populaires se révoltaient, l'armée et les miliciens du RPT soutenus par un détachement des forces françaises de La Licorne venu de la Côte d'Ivoire commettaient le carnage pour que le prince non-élu prenne siège. Alors que le massacre battait son plein, la Télévision nationale ouvrait ses ondes à une prédicatrice envoyée par Dieu en faveur du RPT et du Prince pour évangéliser les masses en colère et leur demander de faire confiance à Dieu, dans l'humilité et l'espérance.
 Pour être une cour du Prince, la cour constitutionnelle, à sa tête Atsu Koffi Amégah, confirmait la "victoire éclatante" de celui qui aura battu les autres candidats à la loyale dans une "épreuve éprouvante" traversée avec un "esprit de paix et de réconciliation".
Le tour est joué! Election, avez-vous dit? Election, voulez-vous encore!?? Vous l'aurez!

GNASSINGBE II: son couronnement et le sacrifice rituel sanglant.


Mais ne serait-il pas temps de trouver, de construire et de porter une autre voie face à Gnassingbé 2, sa bande et leurs soutiens extérieurs? L’organiser, cette voie. La planifier enfin ?
Les gens du territoire du Togo vont-ils enfin se mettre à écouter, à rejoindre  et à soutenir d’autres idées que celles qu’ils ont suivi et continuent de suivre tout en pleurant et regrettant en même temps l’impasse vers laquelle elles conduisent? Les gens de ce territoire vont-ils enfin chercher des voies qui correspondent aux problèmes à résoudre au lieu de se contenter toujours et encore d’un service minimum qui intègre dès sa conception la défaite et les cris plaintifs pour finalement se réfugier sous les ailes d’un Dieu et d’un Jésus qui ne leur répondront pas ? Il faut construire cette nouvelle voie, loin de l’émotion, de la démagogie, dans une réflexion à tête froide qui prend en compte toutes les données du problème.
Le 12 mars 2013, sur notre page Facebook, nous écrivions ceci : « Les grands changements historiques avant d'être l'affaire de la masse populaire sont d'abord et avant tout l’œuvre d'un petit groupe, qui, par sa force de conviction, sa redoutable organisation, joue le rôle de levier et de levure. C'est à partir de ce noyau discipliné que naît tout. Si les grands changements prennent leur source là, ce noyau est aussi celui qui peut orienter le mouvement et surtout proposer un schéma de reconstruction après que la Révolution ait détruit l'ordre ancien. A défaut, si rien n'est prévu, le système s'écroule puis renaît plus fermement ou simplement la fin du système annonce le chaos généralisé. »
N’est-il pas enfin temps ?

13 mars 2015
KPOGLI Komla
MOLTRA

vendredi 13 mars 2015

Quand ces heures-là seront là.




Quand ces heures là que nous avons vu venir depuis toutes ces années seront là, adossé au vieux mur au pied duquel mon cordon ombilical fut enterré, impassible, imperturbable, tel ce sacré bonhomme qui aura vu des Noirs de toutes les couleurs, ma pipe au bec, je regarderai en attendant de rejoindre mes ancêtres, cette jeunesse qui ruse aujourd'hui avec ses propres problèmes courir dans tous les sens. 

KPOGLI Komla