mercredi 30 juillet 2014

BAN KI-MOON, LE GARCON DE COURSE


Que quelqu'un à la tête de la fameuse ONU, ce "machin" selon De Gaulle, soit encore plus lâche et plus couché devant les Occidentaux et leurs alliés que Kofi Annan, il fallait le faire quand même. Ban Ki-Moon a réussi à battre le record de toutes les impuissances et de toutes les lâchetés. L'époque moderne n'a pas connu un homme aussi irresponsable, aussi couard, aussi obéissant que ce sud-coréen qui parle "pouët-pouët" face aux agressions criminelles que subissent les peuples affaiblis de la part des maîtres du monde. 

Ce porteur d'eau, ce garçon de course des occidentaux (on l'a vu à l'oeuvre en Côte d'Ivoire, en Libye, au Mali, au Soudan, en Centrafrique...et maintenant sur l'agression criminelle d'Israël contre les palestiniens!) mérite le plus grand mépris de tous les esprits éclairés.

Au moins, son prédécesseur Kofi Annan faisait semblant, de temps en temps, d'élever la voix. On comprend donc pourquoi les tunisiens, en mars 2011, lui criaient dessus: "Ban Ki-moon valet du sionisme", "Ban Ki-moon go home!" 

KPOGLI Komla

1 commentaire:

Ziani Ouas a dit…

ban ki-moon a le profil de tous les galonnés et commis d’Afrique. Les fermiers étatsuniens, français, israéliens, chinois, sud-coréens et indiens ne recrutent que ces gens-là.Ils sont si dociles que même le chien n'a aucune chance d'être embauché.