mardi 22 novembre 2005

La J.U.D.A dénonce le racket sur les routes du Togo et demande au Gouvernement de mettre fin à cette pratique.

REACTION DE LA J.U.D.A : LE RACKET SUR LES ROUTES DU TOGO

Le phénomène d’extorsion systématique de fonds depuis des années sur les routes du Togo, persiste. Malgré la montée des prix du carburant, les agents de sécurité routière sans aucun scrupule, continuent de ponctionner illégalement les camions d’une somme allant de 200 FCFA à 1000 FCFA.

Aux dires ironiques mais amers des conducteurs, ils sont devenus « depuis un bon moment déjà des conjoints des agents à qui, quotidiennement, ils doivent verser une somme au titre de contribution aux dépenses conjugales ». Pour cela, ils ne peuvent « répondre à cette charge pécuniaire qu’en la faisant supporter aux voyageurs ».

Ainsi, depuis la hausse vertigineuse et unilatérale des prix des produits pétroliers par le gouvernement, les voyageurs togolais paient non seulement leur transport dans la douleur mais par ricochet paient cette « cotisation parallèle » aux agents de sécurité qui, font ainsi gracieusement fortune sur la sueur de pauvres citoyens.

La Jeunesse Unie pour la Démocratie en Afrique (J.U.D.A) dénonce ce racket organisé qu’elle identifie à un véritable phénomène de coupure de route qui ne dit pas son mon.Elle demande au gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à cette pratique de corruption généralisée sur les routes du Togo et remettre les agents dans leur unique et légal rôle de sécurité et de contrôle routiers.

Il y va de la libre circulation des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire togolais et d’une volonté réelle de lutter pour une société paisible, juste et démocratique au Togo.

Fait à Lomé, le 21 novembre 2005.

Pour la Coordination,

Le Secrétaire Général,
Rodrigue KPOGLI

E-Mail : lajuda2000@hotmail.com

Aucun commentaire: