mardi 13 janvier 2015

VOILÀ CE QUE L'ON APPELLE UN PEUPLE!

L'assassinat qui a frappé Charlie Hebdo et quelques autres personnes à Paris (France) ces derniers jours montre une nouvelle fois au monde, et surtout aux africains ce qu'est UN peuple.
 

Dès la survenance des tueries, on a vu l'indignation immédiate et tout le peuple français de Paris, Lyon, Lille, Annecy, Dijon, Marseille, Bordeaux, Nîmes, Nantes, Grenoble, et partout en province, y compris les villages les plus reculés, mû par la douleur partagée, interpellé par l'assassinat des leurs, manifeste. Ailleurs, dans les autres pays occidentaux, la conscience d'appartenir à un même peuple, disons le mot, à une même RACE, devant affirmer son identité face à un ennemi de presque toujours depuis les Croisades religieuses du Moyen Âge, tout le monde s'est indigné. Des manifestations gigantesques ont été organisées là aussi contre la tuerie à Paris.

Le peuple français a reçu les condoléances de tous ses "peuples frères" et alliés qui lui ont promis agir "à ses côtés face au même ennemi". N'allez pas croire qu'il s'agit là de vains mots de circonstance.

De plus, et là qu'on voit encore mieux UN peuple, les dirigeants européens iront à Paris demain manifester dans les rues avec les français devant lesquels se trouvera les politiques français, à commencer par François Hollande, leur président qu'ils n'aiment pas.
"Le rassemblement sera placé sous le signe d’une véritable unité européenne contre le terrorisme", nous Le Monde. La chancelière allemande Angela Merkel, le président du Conseil européen Donald Tusk, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le premier ministre britannique David Cameron, le président du conseil italien Matteo Renzi et le premier ministre espagnol Mariano Rajoy ont confirmé leur présence.
Le ministre de l’intérieur français, Bernard Cazeneuve, recevra Alejandro Mayorkas, vice-ministre de l’intérieur des Etats-Unis, ainsi que le ministre de la justice, Eric Holder, en compagnie des ministres de l’intérieur allemand, britannique, espagnol, italien et polonais pour une réunion sur la lutte contre le terrorisme.

Le commissaire européen Dimitris Avramopoulos sera également présent ainsi que le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove. Il s’agit pour Bernard Cazeneuve de faire face à « ce défi commun que nous adressent les terroristes et qui ne pourra être résolu qu’en commun, au sein de l’Union européenne et au-delà ».

On est loin de ce qu'on a appelé le "Sommet de l'Elysée" convoquée en 2014 avec les marionnettes africaines curieusement appelés dirigeants africains incapables de comprendre les enjeux de la sécurité pour l'Afrique et ses populations, puisqu'ils sont eux-mêmes des terroristes en mission commandée.

Face au danger commun, un peuple se rassemble. Il s'identifie aux victimes à qui il ressemble trait pour trait. Les Occidentaux ont beau être des individualistes chevronnés, quand le danger est là, quand "la guerre est là", ils combattent groupés. Ils taisent les petites divergences, enterrent les petites considérations du ventre et autres petites choses que beaucoup allèguent, par exemple, chez les africains pour justifier leur refus de se mouvoir face aux grands enjeux qui sont les leurs depuis des milliers d'années. Puisse cela renseigner un peu plus les africains!

Bien évidemment, toute la question est: avons-nous, nous autres, des défis en commun? Car de l'identification du danger commun découle l'action commune. Un peuple qui ne l'est plus et dont les enfants errent partout dans le monde en quête acharnée de miettes individuelles a manifestement sa propre logique. Logique de laquelle, sous peine de subir davantage ensemble, il faut sortir au plus vite.


10 janvier 2015
KPOGLI Komla

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, pardonnez moi mais je pense que vous vous trompez lourdement dans votre article. Ce n'est pas un peuple que nous avons vu défiler, tout au plus 2 à 3 millions (sur 65 millions) de personnes aveuglées par l'émotion et par les médias, qui n'ont pas pris une minute pour analyser les évènements...
Ce même peuple qui ferme les yeux lorsque son gouvernement participe à des pillages et des guerres en Afrique ou au moyen orient, ce même peuple qui pleure 17 personnes quand c'est 6 millions de Congolais, des centaines de milliers d'Irakiens, de Syriens, de Lybiens... qui meurent sans qu'aucun ne s'offusque.
Ce même peuple qui vante constamment ses valeurs (liberté, égalité, fraternité, les lumières, les droits de l'homme...) qu'il ne respecte jamais, qui ose donner des leçons aux autres...
Je suis français, blanc, et je vous affirme amies et amis d'Afrique que le peuple français n'est pas uni, ne nous prenez surtout pas en exemple.
Nous nous complaisons dans notre assujettissement, nous nous laissons voler par nos dirigeants, nous laissons la télévision laver nos esprits, nous devenons des plus en plus ignares, les gens ici mélangent tout...
La France n'est pas un exemple, notre peuple n'est pas un exemple.

Bon courage pour la lutte.

Bien à vous.

MOLTRA AFRIQUE a dit…

Face au danger commun, un peuple se rassemble. Il s'identifie aux victimes à qui il ressemble trait pour trait. Les Occidentaux ont beau être des individualistes chevronnés, quand le danger est là, quand "la guerre est là", ils combattent groupés. Ils taisent les petites divergences, enterrent les petites considérations du ventre et autres petites choses que beaucoup allèguent, par exemple, chez les africains pour justifier leur refus de se mouvoir face aux grands enjeux qui sont les leurs depuis des milliers d'années. Puisse cela renseigner un peu plus les africains!

Anonyme a dit…

Certains peuples occidentaux sont unis "face au danger commun" comme vous dites, mais pas la France. La Russie l'est, les anglo-saxons le sont certainement, mais pas les Français. Si vous prenez la période de la seconde guerre mondiale, une bonne partie des résistants (qui étaient très peu nombreux) n'étaient pas français. Les français pour la majorité étaient attentistes, d'autres ont choisi la collaboration. Si on pense à la révolution française, le peuple a été manipulé par la bourgeoisie, comme c'est d'ailleurs toujours le cas actuellement. Le peuple français n'est pas uni, nous ne réfléchissons pas, nous sommes divisés. Et je me répète ce ne sont que 2 à 3 millions de personnes qui ont manifesté, nous sommes plus de 65 millions en France!
Je souhaite aux Africains de trouver le chemin vers la libération, malheureusement avec nos dirigeants qui font tout pour que cela n'arrive pas ça risque d'être très compliqué...

Anonyme a dit…

Le danger numéro un qui a dévoyé ce pays c'est le sionisme , un véritable cancer !